Catégorie : Communications orales

*Communication* Congrès ESOC 2019

European Stroke Organisation Conference 2019

Du 22 au 24 Mai 2019, plus de 4500 participants venus du monde entier, et 1800 résumés soumis et résultats d’essais cliniques ont été présenté à l'occasion de la Conférence Européenne sur les Accidents Vasculaires Cérébraux.

ESOC est un événement mondial incontournable permettant aux cliniciens et aux scientifiques de présenter, discuter et échanger des compétences sur le sujet de l'AVC en rapide évolution. Cette année, plusieurs membres du laboratoire HESPER ont présenté leurs travaux lors du 5ème Congrès ESOC qui a eu lieu à Milan.


Claire Della Vecchia, PhD student

Preventing participation restrictions after stroke: investigation of coping behaviors strategies used by patients as determinants of participation after mild and moderate/severe stroke

C. Della Vecchia1, M. Préau2, A. Termoz3, J. Haesebaert3, M. Viprey3, A. Dima4, A.M. Schott3.
1University Lyon 1 / University Lumiere Lyon 2, University Claude Bernard Lyon 1- HESPER EA 7425 / GRePS EA 4163, Lyon / Bron, France.
2University Lumiere Lyon 2 / University of Aix-Marseille, GRePS EA 4163 / INSERM UMR 912 SESSTIM, Bron / Marseille, France.
3University Lyon 1 / Hospices Civils of Lyon, University Claude Bernard Lyon 1- HESPER EA 7425 / Public Health Department, Lyon, France.
4University of Lyon, University Claude Bernard Lyon 1- HESPER EA 7425, Lyon, France

Background and Aims: The WHO International Classification of Functioning, Disability and Health (ICF) defines participation restrictions as “problems individuals experience in involvement in life situations”. Disabled individuals develop specific behaviors and actions to manage consequences of disabilities in daily life: this is called coping. As it was suggested that coping is a determinant of participation in some disabling conditions, we investigated coping strategies as determinants of participation in mild and moderate/severe stroke patients.

Methods: Self-administered questionnaires were sent at 6 months post-stroke to mild and moderate/severe stroke patients from the Stroke 69 cohort. Participation was measured with the Stroke Impact Scale (SIS.2.0) (0 to 100 (=excellent participation)), and coping strategies with the Brief Cope (4 dimensions: positive thinking, problem solving, avoidance, and seeking for social support). Univariate and multivariate linear regression analyses adjusted for potential confounders were performed.

Results: Among the 122 respondents, 83 had mild stroke (NIHSS ≤ 6) and 39 had a moderate/severe stroke. The two groups were similar regarding the significant association of positive thinking (acceptance, humor and positive reframing) and better participation (p<0.05). They were different regarding problem solving (active coping and planning) associated with higher participation score (β=2.9, p<0.05) only in moderate/severe stroke group, and avoidance which was negatively associated with participation (β=-4.2, p<0.05) only in mild stroke group.

Conclusions: We identified similar and different coping strategies associated with participation restrictions in mild vs moderate/severe stroke patients. This could help to design rehabilitation program and appropriate support which specifically address coping strategies improvement to prevent participation restrictions.


Julie Haesebaert, Medical Doctor, Assistant Professor

Gender inequities in stroke, does thrombectomy change the deal?

J.Haesebaert, MD, PhD1,2, A. Termoz, MPH1,2, M. Viprey, PharmD, PhD1,2, E. Bravant, MPH1,2 , N. Perreton, MPH2, N. Nighoghossian, Professor, MD, PhD3 L. Derex, MD, PhD1,3, A.M. Schott, Professor, MD PhD 1,2 

  1. Univ Lyon, University Claude Bernard Lyon 1, HESPER EA 7425, F-69008 Lyon
  2. Hospices Civils de Lyon, Public Health Department, F-69003 Lyon, France
  3. Hospices Civils de Lyon, Stroke Medicine Department, Bron, France

Introduction: Implementation of mechanical thrombectomy leads to new stroke care organization challenges. It is necessary to ensure that this won’t increase inequities in access to reperfusion therapies at acute phase. We aimed to study gender inequities in access to thrombectomy in a French prospective population-based cohort study.

Methods: All patients managed for confirmed ischemic stroke (IS) from November 2015 to December 2016 in the Rhône French county were prospectively included in the STROKE69 cohort (NCT02596607). We studied patients and stroke characteristics, management times, access to thrombectomy and 3-Month outcome (good for mRS=0-2) according to gender.

Results: The 1543 included IS patients comprised 766 (49.6%) women and 777 (50.4%) men. Women were older (mean age+/-SD 78+/-14.5 versus 70.5+/-14.3, p<0.001), and more severe at admission (NIHSS>=15 22% versus 16%, p=0.005) than men. They less frequently called emergency medical services (54% versus 64%, p<0.001) and were less managed in stroke unit (54% versus 68%, p<0.001) than men. Prehospital times were not significantly different but door-to-imaging time was longer for women than men (2h40 versus 2h27, p=0.01). Finally, for women versus men respectively, 9% versus 11% were treated with thrombectomy (adjusted OR*=0.9 (0.6-1.3), p=0.627), 22% versus 26% were treated with thrombectomy and/or thrombolysis (adjusted OR*=0.9 (0.7-1.2), p=0.537) and 51.7% versus 68.5% had good 3-month outcome (adjusted OR*=1.3 (0.9-1.9), p=0.093).

Conclusion: Disparities in stroke features and acute care pathway existing between gender do to not translate in differences in reperfusion strategies access or 3-month outcome.

* adjusted on age and NIHSS at admission.


Adèle Perrin

Is there an association between social deprivation and access to stroke reperfusion therapy? French population based cohort study.

Background and Purpose. A number of studies found an association between socio-economic status of individuals and poorer stroke management. However, few focused specifically on acute ischemic stroke (IS) treatment with controversial results. The aim of the present study was to determine whether social deprivation was associated with a poorer access to reperfusion therapy, either intravenous thrombolysis (IVT) and/or endovascular treatment (EVT) in a population-based cohort.

Methods. Between November 2015 and June 2016, all consecutive patients aged over 18 years with a suspected acute stroke admitted to any emergency department (ED) or stroke unit (SU) of the Rhône area were prospectively included in the STROKE 69 cohort. In the present study only patients with confirmed IS were included. The socioeconomic status was measured for each patient using the European Deprivation Index (EDI). We conducted multivariate logistic regression analysis adjusted for potential to assess the association between EDI and access to reperfusion therapy.

Results. A total of 1231 consecutive IS patients were included, 241 (19.6%) received a reperfusion therapy. Compared to patients who did not receive reperfusion therapy, 27.0% of the treated patients were deprived (level 5 of EDI) and the difference was not statistically significant (adjOR 1.08 (95%CI 0.64-1.82). Among other potential risk factors a direct admission in a comprehensive stroke center and a high stroke severity (NIHSS>=20) were associated with a higher access to reperfusion therapy, adjOR 2.99 (95% CI 1.59-5.64), and adjOR 3.31 (95% CI 1.47-7.45) respectively.

Conclusions. Although several studies have found social deprivation associated with a less good quality of care of acute IS patients, we did not find in this population-based cohort any significant association between socioeconomic deprivation and access to reperfusion therapy. This might suggest that the successive national plans to improve acute stroke management have been somewhat successful concerning social inequities reduction.


Aurélie Rochefolle, interne en pharmacie hospitalière

Evaluation de la poursuite du traitement de prévention secondaire post-AVC, primordial pour éviter la récidive d’AVC.

Background and Aims: One of the main challenges after ischemic stroke (IS) is to prevent recurrence by controlling risk factors such as hypertension, diabetes, dyslipidemia and atrial fibrillation. In this way, secondary prevention treatments are effective but adherence of patients constitutes a key issue. This study describes the persistence of different secondary prevention treatments during the first year post-stroke.

Methods: All IS patients admitted in any emergency department or Stroke Unit (SU) of the Rhône are (France) were included in the STROKE69 cohort (November 2015 - December 2016). Data on treatment prescription at hospital admission and upon hospital discharge were collected from medical files. Data on treatment prescriptions at 3 and 12 months were collected by a mailed self-questionnaire and telephone interview with the patient and/or his/her caregiver.

Results: The analysis was conducted within the 374 IS patients who were managed in a SU. Men represented 62% (n=231) and mean age was 68.2±14.7 years. At 12 months, the number of patients under treatment decreased respectively from 64 to 48% (-16%) for antihypertensive treatment, from 77 to 49% (-28%) for lipid lowering drugs, from 93 to 64% (-29%) for antiplatelets or anticoagulants and from 13 to 8% (-5%) for antidiabetics. Antiarrhytmics increased from 2 to 3% (+1%). Most treatment stops occurred in the first three months.

Conclusions: These results suggest that preventive treatments after an IS are not appropriately maintained over time. We have to further investigate the reasons for these stops: control of risk factors, non-persistence due to patient or to physician (non-adherence to guidelines).


Yufeng Xue, PhD student

Initial brain imaging type choice in acute suspected stroke patients: current status and associated factors

Background and Aims: Brain imaging is recommended for patients with suspected stroke for appropriate management and treatment in the acute phase. Both computed tomography (CT) and Magnetic resonance imaging (MRI) could be a reasonable initial choice as brain imaging. For medical centers with both techniques available, the choice may be associated with factors related to patients, to stroke symptoms and severity or to management organization.

Methods: The study was performed within the database of STROKE 69, a population-based cohort study of all adult patients with suspected stroke admitted within the 24 hours after symptoms onset in one of the emergency departments (ED), Primary Stroke Center (PSC) or comprehensive stroke center (CSC) of the Rhône county from November 2015 to December 2016. To identify factors associated with the choice of initial brain imaging, a multivariate logistic regression was performed.

Results: Among the 3244 patients with suspected stroke enrolled in STROKE69 cohort, 95.8% underwent brain imaging within the first 24h, among those, 74.6% had CT as initial choice versus 25.4% who had an MRI. In multivariate analyses, several factors were associated with a lower probability of having an MRI as initial brain imaging vs CT. These were either patients’ characteristics such as older age (> 80 years old, OR: 0.39 [95%CI, 0.29 to 0.54], P < 0.01), history of other ischemic heart disease (OR: 0.60 [95%CI, 0.36 to 0.98], P = 0.045), preexisting disability (OR: 0.56 [95%CI, 0.36 to 0.85], P = 0.008), without history of dyslipidemia (OR: 0.74 [95%CI, 0.55 to 1.00], P = 0.048),  use of anticoagulants (OR: 0.52 [95%CI, 0.33 to 0.80], P < 0.01) or symptoms characteristics such as wake-up stroke (OR: 0.42 [95%CI, 0.30 to 0.58], P < 0.01) or factors associated with overall management such as longer onset-to-door time (> 6 hours, OR: 0.38 [95%CI, 0.23 to 0.60], P < 0.01), initially admitted to ED or ICU (ED, OR: 0.03 [95%CI, 0.02 to 0.04], P < 0.01; ICU, OR: 0.02 [95%CI, 0.001 to 0.08], P < 0.01), transported personally (OR: 0.65 [95%CI, 0.44 to 0.95], P = 0.03) and admitted during working hours ((OR: 0.65 [95%CI, 0.50 to 0.84], P < 0.01).

Conclusions: Beside accessibility, this study showed that a number of other parameters could influence the choice or first imaging in front of a stroke suspicion which are linked to patients’ characteristics, type of stroke symptoms and type of organization.

Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire, Newsletter Spring & Summer 19

*Communication* Branchez-vous Santé!

La Chaire Prevent’Horizon présente au lancement du programme « Branchez - vous Santé » d’AG2R La Mondiale »

Notre partenaire AG2R La Mondiale a inauguré le lancement de son nouveau programme de prévention « Branchez - vous Santé » le 13 décembre 2018 à son siège du 106 Bd Haussman à Paris.

« Branchez - vous santé » est un programme qui vise à installer une politique de gestion des risques dans les branches professionnelles avec lesquelles AG2R a mis en place des accords de branche.

Les trois enjeux prioritaires qui animent ce programme que sont, la prévention bucco-dentaire, la récidive du cancer et l’épuisement professionnel du dirigeant d’entreprise ont été présentés aux représentants des branches professionnelles,  ainsi que les outils de valorisation de ce programme. Jean-Yves Lesueur, qui représentait la Chaire Prevent’Horizon à l’occasion de cette manifestation a pu présenter les principaux axes de recherche de la Chaire.

En savoir plus

Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire, Newsletter Winter 19, Newsletters

*Recherche* Nouvelle méthode de ciblage

Une nouvelle méthode de classification permettant de cibler des actions de prévention
Par Romain Gauchon

Romain Gauchon, actuellement doctorant CIFRE dans un partenariat entre ACTUARIS et SAF ISFA, vient de soutenir son mémoire d’actuaire sur une des problématiques centrales de la chaire Prevent’Horizon : « Une nouvelle méthode de classification permettant de cibler des actions de prévention».
Le jury a été unanime pour reconnaître ses talents de chercheur en actuariat et a été impressionné par l’innovation qu’il a développé pour améliorer les techniques de ciblage des patients / assurés.

Travail co-encadré par Stéphane LOISEL et Jean-Louis RULLIERE pour l’ISFA et Alexandra BARRAL, Céline BLATTNER et Cécile PARADIS pour Actuaris.

Date de soutenance : 14 mai 2018

Pour qu’une action de prévention soit efficace, il est important de cibler des personnes et d’identifier leurs besoins, afin de proposer des programmes de prévention adaptés. Dans le secteur de l’assurance santé, cela pose un problème majeur : la législation restreint le nombre de données disponibles. Les organismes assureurs n’ont accès qu’à quelques variables permettant de caractériser un assuré (sexe, âge, localisation…), ainsi qu’aux remboursements qui lui ont été effectués.

De plus, les statistiques descriptives classiques sur ces données ne sont généralement pas suffisantes pour identifier les besoins de prévention, en particulier dans le cadre de la prévention tertiaire. Enfin, les approches de data science sont souvent supervisées, ce qui supposerait de connaitre l’état de santé de nos assurés.
Ce cadre restrictif a conduit à développer une méthode de classification innovante pour répondre aux contraintes pratiques liées à la prévention dans le domaine de l’assurance santé : elle devait être non supervisée, complémentaire aux statistiques descriptives usuelles et entièrement interprétable, ceci afin de pouvoir cibler des groupes d’assurés et proposer des actions de prévention tertiaire adaptées à leur besoin ou affiner le ciblage d’actions de prévention primaire.
La méthode développée dans ce mémoire se déroule en trois temps. Tout d’abord, il est nécessaire de retraiter les données relatives aux prestations santé versées par l’organisme assureur afin d’obtenir une matrice où chaque ligne représente la consommation d’un assuré, en comptant les fréquences de consommation de chaque acte santé.
La seconde étape consiste à réduire la dimension de la matrice précédente, afin de faciliter les interprétations et d’améliorer la qualité de la classification. Les algorithmes NMF (Non negative Matrix Factorisation) remplissent bien ce rôle.
Enfin, les assurés sont classifiés à l’aide d’une carte de Kohonen. Une cartographie de l’ensemble de nos assurés constituée de quinze à vingt groupes de risque homogènes est réalisée. Cette méthode offre une visualisation naturelle de notre portefeuille. En ce sens, elle est complémentaire aux statistiques descriptives classiques puisqu’elle décrit graphiquement les groupes de risques sous-jacents. Les classes obtenues sont facilement interprétables et peuvent permettre par exemple d’identifier les personnes âgées les plus sujettes au risque de chutes et de leur proposer des actions de prévention adaptées.
Filed under: Communications orales, Travaux de recherche

*Communication* – Journées des chaires

Sarah Bensalem : La dernière manifestation à laquelle j’ai participé dans le cadre de la chaire en tant que spectateur et intervenant est celle des Chair Days les 11 et 12 juin 2018 à Paris. Cette intervention scientifique a été un événement organisé conjointement par les chaires DAMI, Prevent’Horizon, Actuariat Durable et l’initiative de recherche ActInfo.

Les thèmes abordés sont donc en lien direct avec les sujets de recherche de leurs membres : l’application à l’assurance et la finance des data sciences ainsi que la prévention et les risques. En ce qui concerne l’application des data sciences, l’attention s’est principalement portée sur la modélisation de la vie comme un actif, de la mortalité et des déclarations de sinistres ainsi que sur le traitement des données mixtes (qualitatives, quantitatives et données manquantes) et la création de grilles tarifaires. La partie prévention et risque c’est quant à elle concentrée sur la perception du risque en santé, la prévention en santé ainsi que l’effet d’aléa moral en santé et en assurance automobile.

Mon intervention s’est limitée à la création d’un poster sur le sujet de mon premier papier avec Nabil Kazi Tani « Prevention as an equilibrium model ». J’y ai détaillé l’ensemble de mon approche pour résoudre le problème posé ainsi que les résultats et leurs interprétations en assurance. J’ai répondu aux éventuelles questions que les autres participants pouvaient avoir par rapport à cette méthodologie et à l’application des résultats.

 

Steve Briand : Les 11 et 12 juin derniers, j’ai pu participer en tant que spectateur et intervenant à la conférence Chair Days, organisée à Paris par les chaires DAMI, Prevent’ Horizon, Actuariat Durable et l’initiative de recherche ActInfo. Durant une matinée complète, plusieurs intervenants ont pu présenter leurs recherches en lien avec la prévention : l’analyse ex ante des effets probables de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) par Florence Jusot, l’impact de la perception du risque dans les comportements d’auto-prévention par Meglena Jeleva, la substituabilité ou complémentarité dans l’arbitrage « Auto-assurance – assurance » par François Pannequin. En particulier, au-delà du cadre théorique s’inspirant de la Prospect Theory, l’économie expérimentale a été mise à l’honneur par la présentation d’un protocole permettant de valider les prédictions théoriques du modèle d’Ehrlich et Becker (1972), en fonction du type de l’agent (risquophobe vs. risquophile).

J’ai pu également présenter les recherches de mon premier article « Time-inconsistency and Delayed Retirement : the French Pension Bonus » lors de la session Posters, non sans lien avec la prévention. Au-delà de sa mesure, le biais comportemental d’inconsistance temporelle affecte la décision de départ en retraite comme les comportements de prévention, alors que les travaux récents de la littérature montrent que le passage de la vie active à la retraite impacte négativement la santé des individus sur le long terme.

 

Morgane Plantier : Plantier M.  The determinants of prevention and health decisions: role of insurance and behavioral biases , Poster présenté à la Conférence des chaires, Institut Louis Bachelier, Paris, 11 et 12 juin 2018.

Ce travail s’intéresse aux décisions individuelles en matière de santé, et en particulier de fait d’adopter ou non un comportement préventif. A partir de données de l’enquête santé et protection sociale (ESPS), et données de consommation de soins de l’assurance maladie, nous avons estimé la probabilité d’adopter un comportement préventif (ne pas fumer, ne pas boire, se faire vacciner, etc.) en fonction de différentes caractéristiques individuelles ainsi que le niveau de couverture assurantielle et les préférences individuelles (aversion au risque et préférence temporelle). Ces résultats préliminaires confirment en partie les résultats théoriques issus du modèle de Ehrlich et Becker (1972) en montrant une complémentarité entre assurance et comportements préventifs.

 

Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire, Newsletter Autumn 18, Newsletters

Inauguration Lyon

Le début de l’année 2018 a été particulièrement marqué par le lancement de la chaire Prevent’Horizon, à travers deux manifestations, à La Maison de la Chimie à Paris et à l’Hôtel de Ville de Lyon. Ce programme de recherche, soutenu par l’Institut Louis Bachelier de Paris, est fondé sur des échanges entre le laboratoire HESPER de recherche en santé publique, et le laboratoire SAF sur l’actuariat et l’économie de l’assurance. Cette collaboration, portée par Jean-Louis RULLIERE et Anne-Marie SCHOTT, a pour objectif d’intégrer les modèles de la prévention en santé dans le calcul économique des acteurs de l’assurance.

Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire

Inauguration Paris

Le début de l’année 2018 a été particulièrement marqué par le lancement de la chaire Prevent’Horizon, à travers deux manifestations, à La Maison de la Chimie à Paris et à l’Hôtel de Ville de Lyon. Ce programme de recherche, soutenu par l’Institut Louis Bachelier de Paris, est fondé sur des échanges entre le laboratoire HESPER de recherche en santé publique, et le laboratoire SAF sur l’actuariat et l’économie de l’assurance. Cette collaboration, portée par Jean-Louis RULLIERE et Anne-Marie SCHOTT, a pour objectif d’intégrer les modèles de la prévention en santé dans le calcul économique des acteurs de l’assurance.

 

Retrouvez la présentation de Pierre-André Chiappori ici

Invitation web prévent'horizon
Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire

*Communication* 15èmes rencontres Assurance Santé

Le 14 novembre 2017, la Chaire Prevent’Horizon était présente aux 15èmes Rencontres Assurance Santé organisées par ARGUS de l’assurance Events.

Jean-Yves Lesueur, membre de la Chaire Prevent'horizon, a participé à la table ronde « Comment construire un modèle de prévention rentable et durable au sein d’une stratégie de services globale » dans le cadre des 15èmes rencontres Assurance Santé organisées à Paris le 14 novembre 2017. A l’occasion de cette table ronde animée par François Limoge (Argus de l’assurance) et où participaient Philippe Darbat (Directeur général délégué AG2R La Mondiale), Virginie Femery (Directrice santé et prévention, Groupe VYV) et Yves Guenin (secrétaire général Optic 2000), Jean-Yves Lesueur a présenté la structure institutionnelle, les objectifs et le programme de recherche de la chaire Prevent’Horizon.

Le débat qui a suivi la présentation de la Chaire s’est articulé sur deux thèmes. Le premier portait sur le positionnement de l’offre de prévention sur le marché de l’assurance entre relais de croissance, élément de fidélisation ou de différentiation sur le marché. Le deuxième thème a porté sur l’impact des nouvelles technologies (objets connectés) sur le marché de la prévention. Dans son intervention, Jean-Yves Lesueur a centré l’éclairage sur l’influence des biais comportementaux (notamment inertie et incohérence temporelle) et des effets d’externalité de l’offre de prévention, sur l’adhésion et la fidélisation des assurés aux programmes de prévention annexés aux contrats d’assurance santé. Son illustration par les résultats de l’enquête « Révolution numérique et assurance » menée en 2015 par HubTinsurance et GNReseach, ont trouvé un écho dans les témoignages des participants à ces journées. Les problèmes rencontrés dans l’adhésion aux programmes de prévention @assurance développés dans le cadre des contrats collectifs depuis la mise en place de l’ANI en 2016, semblent bien confirmer une certaine inertie des assurés face aux programmes de prévention. Elle  se manifeste par une certaine réticence à révéler à l’assureur les informations sur hygiène de vie via les objets connectés et une préférence pour maintenir dans ce domaine une relation bilatérale avec les professionnels de santé.

Le débat a fait apparaître une convergence entre les projets de recherche de court et moyen terme de la Chaire (rôle des comportements dans l’adhésion, la fidélisation, arbitrage auto prévention et couverture, littératie…) comme ses champs d’application (soins dentaire, diabète, risques cardio vasculaires, cancer, obésité, pénibilité et stress au travail…), avec les questionnements contemporains des assureurs sur l’accompagnement de l’offre de prévention (par option ou inclusion dans le contrat d’assurance santé).

Lire l'article publié dans l'Argus lors de la création de la chaire

Filed under: Communications orales, Evénements de la chaire