Séminaire – Petit déjeuner – La lombalgie chronique : fléau médical et financier . Facteurs de chronicisation et prise en charge

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 14/06/2018
9 h 00 min - 10 h 30 min

Emplacement
Actuaris Paris

Catégories


Accueil café à partir de 8h30

La lombalgie chronique : fléau médical, social et financier. Facteurs de chronicisation et prise en charge

Docteur Emmanuelle CHALEAT-VALAYER, Docteur Grégoire LE BLAY
Centre Médico-Chirurgical de Réadaptation des Massues, Lyon – Croix Rouge Française

Première cause d’arrêt de travail et de troubles musculo-squelettiques, plus de 6 millions de consultations, près du tiers des actes de kinésithérapie en ville, les lombalgies, qui désignent les douleurs du bas du dos, sont un véritable cauchemar pour des millions de personnes, aggravés par notre mode de vie sédentaire. Elles touchent toutes les catégories de personnes et tous les âges sont concernés. 540 millions de personnes souffrent de lombalgie dans le monde mais sont mal prises en charge, c’est le constat dressé par les auteurs d’une série de deux articles publiés encore récemment dans « The Lancet » (1). En France, la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), pour tenter de lutter contre les idées reçues sur la lombalgie a lancé une campagne de communication en novembre 2017 : « Bouger vous ». Mais lorsque la douleur est persistante au-delà de 3 mois, on parle de lombalgie chronique et on est face alors à un véritable fléau social, médical et financier qui conduit des salariés à des arrêts de travail de longue durée, voire une désinsertion sociale et professionnelle.  Le pronostic fonctionnel est sombre, la probabilité de reprise de travail est inférieure à 50 % après un an d’arrêt de travail continu et nulle après 2 ans. C’est la troisième cause de handicap chronique dans la classe d’âge de 45 à 64 ans et la première cause d’invalidité avant 45 ans dans les pays industrialisés.  La prise en charge médicale classique s’est avérée inefficace dans la  lombalgie chronique. Ainsi, ces dernières années, l’approche clinique a évolué  d’une approche biomédicale classique vers une approche bio-médico-psycho-social dans laquelle la « médecine physique et de réadaptation »(MPR) développe ses moyens d’actions.   Les revues de la littérature, étayées par de nombreuses recommandations, montrent l’efficacité des programmes multidisciplinaires intensifs (exercices actifs de restauration fonctionnelle, thérapies cognitivo-comportementale, éducation thérapeutique) intégrant la dimension psycho-sociale et un accompagnement au retour à l’emploi. Ces prises en charge multidisciplinaire permettent de diminuer les arrêts de travails dus à la lombalgie chronique (2). Actuellement, la sous-information publique et médicale quant au programme multidisciplinaire de MPR, la saturation des hôpitaux proposant ce type de programme,  est responsable d’un défaut de prise en charge des individus souffrant de lombalgies chroniques. De nombreuses recommandations ont été formulées de par le monde ; elles sont relativement claires mais posent, pour la mise en œuvre, un problème de choix de société de santé publique car la ressource est rare. Il reste une réelle difficulté quant à l’intervention la plus appropriée au bon moment pour le patient, les professionnels de santé, le décideur et le tiers payeur.

(1) Low back pain: a major global challenge. Stephanie Clark, Richard Horton. The Lancet. Published: March 21, 2018

(2) Chou  Diagnosis and treatment of low back pain : a joint clinical practice guideline from the American College of Physicians and the American Pain Society . Ann Intern Med 2007

Bookings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.