Les docs des Doctos

Sarah Bensalem

Sarah Bensalem travaille depuis un an avec Nabil Kazi Tani sur la création d’un modèle d’équilibre entre un assuré et un assureur quand leurs préférences respectives au risque sont données toutes deux par des mesures de risque convexes. L’interaction entre ces deux agents est modélisée par un jeu de Stackelberg dans lequel l’assuré joue en premier en offrant un contrat à un certain prix sous la forme d’un « safety loading ». Ensuite l’assuré joue à son tour en choisissant sa couverture assurantielle optimale et fournit son effort de prévention optimal pour minimiser sa mesure de risque. La distribution des pertes est représentée par une famille de mesures de probabilités indexées par l’effort de l’assuré. Grâce à leur travail, Sarah et Nabil ont montré que les principales conclusions de la théorie de l’assurance (notamment le travail d’Ehrlich et Becker (1972)) restent vraies dans leur cadre, de plus ils ont résolu le même problème en ajoutant de l’anti-sélection lorsque le type de l’assuré est inconnu et est représenté par son aversion au risque et sa probabilité de perte.

 

Steve Briand

Steve Briand collabore avec Jean-Yves Lesueur sur la question de l’arbitrage « Autoprotection – Assurance ». L’offre gratuite de programmes de prévention, accompagnant souvent les contrats de complémentaires santé, peut remettre en cause les conditions d’arbitrage entre l’autoprotection (prévention primaire) et la demande d’assurance des assurés (Ehrlich et Becker, 1972). En introduisant cette hypothèse dans un modèle d’assurance où les individus décident à la fois du niveau d’effort de prévention et du niveau de couverture d’assurance, J.-Y. Lesueur (2018) montre que l’offre subventionnée de programmes de prévention accroît l’effort d’autoprotection mais engendre en revanche un effet indéterminé sur le choix du taux de couverture : la relation « autoprotection/assurance » reste alors indéterminée. À partir de données d’enquête auprès des assurés d’Harmonie Mutuelle, les propriétés du modèle théorique de J.-Y. Lesueur (2018) sont étudiées empiriquement dans le cadre spécifique du marché de l’assurance dépendance. Les résultats économétriques préliminaires tendent à montrer qu’il n’y a pas substituabilité dans la relation « autoprotection/assurance ».

 

Morgane Plantier

Morgane Plantier traite actuellement les questions relatives aux comportements individuels en matière de santé : comment sont prises les décisions individuelles en matière de santé ? Quels déterminants sous-tendent les décisions de santé des individus ? Quel arbitrage entre assurance santé et comportement préventif ? Pour répondre à ces questions, elle exploite notamment les données de l’enquête santé et protection sociale (ESPS) et les données de consommation de soins de l’assurance maladie en utilisant des méthodes statistiques et économétriques pour modéliser le comportement des individus en matière de santé. Elle travaille actuellement, en collaboration avec Nathalie Havet et Jean-Louis Rullière, à la rédaction d’un premier article présentant les premiers résultats de leurs analyses sur les déterminants des dépenses de santé, en particulier le rôle de l’assurance santé et des biais comportementaux.

 

 

Filed under: Non classé

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment *
Name *
Email *
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.