*Recherche* Quels dépistages réaliser selon l’âge et le sexe : un inventaire des recommandations de la Haute Autorité de Santé

Laurent Letrilliart1 & Karfala Maiga2

1 Professeur de médecine générale et chercheur au laboratoire HESPER, Université de Lyon 1.

2 Master 2 Actions de Santé Publique, Université de Lyon 1.

 

Le dépistage est une pratique de prévention secondaire qui consiste à détecter de façon précoce des maladies ou des facteurs de risque de maladies, dans l’objectif d’améliorer leur pronostic. Le dépistage s’adresse à des personnes asymptomatiques, en bonne santé apparente. Un examen de dépistage positif doit souvent être confirmé par un examen de confirmation pour conduire à un diagnostic. Il existe des dépistages organisés (ou « systématiques ») réalisés dans le cadre de programmes de santé publique et des dépistages opportunistes (ou « individualisés) réalisés dans le cadre d’une consultation médicale non spécifique.

Nous avons conduit une revue des recommandations de pratique clinique concernant les dépistages recommandés par la Haute Autorité de Santé (HAS) à partir d’une recherche sur le site web de l’agence. En dehors des dépistages obligatoires de l’enfant et des dépistages recommandés en consultation préconceptionnelle et chez la femme enceinte, nous avons identifié un total de 18 dépistages recommandés, qui ciblent principalement des cancers, des problèmes cardiométaboliques et des maladies infectieuses. Trois d’entre eux sont des dépistages organisés (cancers du sein, colorectal, et du col de l’utérus [en cours de généralisation]) et 15 des dépistages opportunistes. La majorité de ces dépistages (15) intéresse les hommes et les femmes. Douze recommandations sont de grade A (preuve scientifique établie) et une de grade C (faible niveau de preuve scientifique), une est basée sur un avis d’expert et quatre ont un grade non précisé.

Cet inventaire constitue la première étape d’un programme de recherche  intitulé « monpointdepistage », qui vise à développer un outil numérique permettant d’améliorer la participation des personnes concernées aux dépistages recommandés. Cet outil proposera un contenu validé basé sur les recommandations de la HAS et adapté au profil de risques de l’utilisateur ainsi qu’à son niveau de littératie en santé et de perception des risques. Il sera implémenté et évalué auprès de populations en situation de précarité économique ou de handicap, qui accèdent plus difficilement aux dépistages recommandés. Ce programme rassemble notamment des chercheurs cliniciens et psychologues de la santé du laboratoire HESPER et du laboratoire GRePS.

Filed under: Newsletter Spring & Summer 19, Travaux de recherche

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment *
Name *
Email *
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.